PERSÉCUTION


PERSÉCUTION
PERSÉCUTION

Persécuter, ce fut d’abord suivre ou poursuivre en justice (persequi ), jusqu’au bout. Les persécutions du pouvoir romain contre les chrétiens et celles de l’Inquisition contre les hérétiques furent des actions judiciaires régulièrement menées. L’acharnement que peut mettre contre un homme l’appareil judiciaire – ceux qui le servent et ceux qui le déclenchent – a servi de modèle à une conduite humaine qui appartient à l’agressivité et au sadisme et qui a acquis par rapport à eux une certaine autonomie. La persécution garde de son origine judiciaire le procédé licite (elle évite le délit), la justification (elle a bonne conscience), l’absence de colère (elle est froide); elle diffère encore des autres actes agresso-sadiques (meurtre, coups et blessures, etc.) par la préméditation et la persévération. Elle se développe lentement, progressivement, tâche d’obtenir l’humiliation, la fuite ou le suicide de sa victime, esquivant ainsi la pénible nécessité de la supprimer.

Comprendre comment et pourquoi un homme est amené à en persécuter un autre, et un groupe à persécuter un groupe minoritaire, c’est poser dans toute son ampleur le problème du mal ou de l’agressivité, le choix du vocabulaire dépendant d’une option normative devant les diverses formes de la violence.

D’autre part, s’il y a des hommes qui en persécutent d’autres, il y aura des persécutés qui intéresseront la victimologie, et aussi des personnes qui se croiront persécutées, même si elles ne le sont pas, et qui intéresseront la psychiatrie, puisque leur fausseté de jugement relève du délire. Et, comme ce sont souvent les mêmes qui persécutent et se croient persécutés, on aura à s’interroger sur cette dialectique de réciprocité.

Le persécuteur

Les motivations de la persécution

La persécution est à l’agressivité furieuse (à l’hybris ) ce que la combustion lente est à la déflagration; de même que le chimiste a découvert la combustion dans la fermentation, le psychologue a décelé la violence et la colère dans les conduites de persécution, mais sous un masque; elles y sont contenues et répétées. C’est la différence entre la conduite motivée par l’émotion-choc et celle qui l’est par un sentiment ou une passion. Le persécuteur est un passionné, non pas forcément au sens trop précis de la caractérologie franco-hollandaise (émotif, actif, secondaire), mais plutôt selon celui qu’adoptaient le livre de M. Dide et déjà Descartes aux articles 140, 152, 167-9 et 178-81 de son Traité des passions , puis J.-B. Descuret, qui définit très bien la haine comme une colère chronique. Or on sait depuis les stoïciens que les passions ( 精見 神見兀) sont des maladies et qu’il n’y a pas loin du «pathétique» au «pathologique». Aujourd’hui, les psychiatres ont pris la relève et J. Borel (Les Psychoses passionnelles ) centre son étude autour des délires de revendication (quérulants et processifs), de la jalousie, de l’exaltation dystonique (cyclothymie) et de l’érotomanie; en effet, quérulants, processifs, jaloux et érotomanes représentent la majorité des persécuteurs.

L’analyse de l’agressivité est de mode chez les éthologistes et les psychologues (J. Dollard, K. Lorenz et I. Eibl-Eibesfeldt, A. Storr, G. Mendel, F. Antonini, A. Mitscherlich, H. Laborit, L. Millet, E. Wolff, J. van Rillaer, E. Fromm, D. van Canneghem), avec une nette tendance à l’expliquer pour l’excuser; elle serait nécessaire et fort naturellement motivée par la frustration. Mais on fait la part trop belle à l’étymologie de l’agression (ad-gression ) et l’on confond trop souvent celle-ci avec la marche en avant, ou même avec toute espèce d’action; car on devra alors se rappeler que la passion est passive, non pas dans ses conséquences, mais dans la façon dont elle est «subie» par un être libre et incarné; c’est du moins ainsi que toute une tradition a compris les rapports entre intellect et affectivité. Plus juste paraît être la définition de l’agressivité donnée par J. Laplanche et J.-B. Pontalis en leur Vocabulaire de la psychanalyse : «Tendance ou ensemble de tendances qui s’actualisent dans des conduites réelles ou fantasmatiques, celles-ci visant à nuire à autrui, le détruire, le contraindre, l’humilier, etc.» L’agressivité, c’est la nocivité, le méfait ou le crime, le contraire de la bienveillance. Elle est normale si l’homme est un loup pour l’homme; elle est scandaleuse dans un idéal d’amour ou d’harmonie sociale.

Le problème étant ainsi replacé à son véritable niveau, qui est d’ordre moral et non médical, il ne sera pas nécessaire, pour décrire le persécuteur, d’évoquer le grand criminel sadique, mais tout homme qui s’attache ou s’acharne à en ennuyer un autre avec persévérance, que ce soit de front par des taquineries, des moqueries, des vexations, ou bien de dos par des calomnies ou autres actions pouvant entraver l’ennemi dans sa carrière, sa position sociale, ses amours, ses joies, par tout ce qui peut en un mot nuire au bonheur.

Le contraire de l’amour étant non la haine mais l’indifférence égoïste, celle-là apparaît comme une espèce d’envers de l’amour dans un appétit de relation interhumaine qui est encore «altruiste». Hegel a montré, à propos de la dialectique du maître et de l’esclave (Phénoménologie de l’Esprit , IV), cette aspiration tragique qu’a chaque conscience à être reconnue et la manière dont elle en arriverait à vouloir et obtenir la mort de l’autre, si sa survie dans l’esclavage n’était pas une meilleure solution au besoin de témoins qui accompagne l’affirmation de soi; le persécuteur force l’autre à ce témoignage qui lui serait sans cela refusé, car rien n’oblige à prêter attention à l’être neutre ou bienveillant, tandis que le mal qu’on vous inflige est forcément ressenti. C’est la différence avec le conflit – la lutte – dans lequel l’autre en se défendant rétablit une relation égalitaire. La persécution est à sens unique, du plus fort au moins fort; elle échoue chaque fois que l’autre se montre indifférent, «imperméable», inaccessible, invulnérable; et c’est pour forcer cette résistance passive que le bourreau accumulera la quantité de ses avanies dans une progression sans fin de la nocivité.

L’infériorité de la victime n’est pas toujours patente, ni originelle; le persécuteur l’obtiendra par son action même, tels le jaloux et l’envieux qui sont stimulés par une supériorité momentanée qu’ils travaillent à détruire, persuadés qu’ils sont que la supériorité de l’autre est anormale; et c’est dans la situation de juge et de justicier qu’ils s’arrogent qu’ils retrouvent la supériorité dont ils ont besoin.

Tel est le nœud du problème. Il faut prouver qu’on est le plus fort, et cela d’autant plus qu’on l’est moins. Adler a bien vu comment la «continuité inlassable avec laquelle le nerveux soumet son partenaire à l’épreuve témoigne du peu de confiance qu’il a en lui-même, du peu de valeur qu’il s’attribue, de son incertitude; il est facile de se rendre compte que, s’il fait preuve de jalousie, c’est uniquement pour ne pas se faire oublier et procurer une satisfaction à son sentiment de personnalité». Même dans le sadisme, pense Adler, réticent cependant vis-à-vis du sexualisme freudien, «le but final consiste dans la domination des autres, que le sujet conçoit et ressent comme un triomphe viril [...] les facteurs sexuels assument le rôle de symbole. Bref, le névrosé peut encore exalter son sentiment de personnalité en abaissant les autres, en devenant, dans les cas les plus sérieux, maître de la vie et de la mort, à l’égard de lui-même et des autres.» Les mécanismes plus subtils par lesquels Freud rend compte du sadisme n’infirment pas de telles analyses, mais les complètent. Il faut partir de la peur de la castration et de l’urgence à se prouver qu’on n’est pas châtré. Le sadisme est lié d’une part au masochisme, d’autre part à la «pulsion d’emprise» (Bemächtigungstrieb ); le sadisme n’est jamais premier; dans l’optique de la première topique, il est retournement du masochisme sur un objet extérieur; et dans la seconde (1920), il est pulsion de mort «qui a été repoussée du moi par l’influence de la libido narcissique, de sorte qu’elle ne devient manifeste qu’en se rapportant à l’objet». Ce rôle attribué à l’«instinct de mort» n’a été que modérément accepté, et nombre de psychanalystes contemporains préfèrent parler d’un instinct agressif qui, à côté d’Éros, est au service de la vie, Éros et instinct agressif étant les différenciations d’un instinct unique (N. Perrotti). S. Nacht explique le besoin de détruire l’objet par une nécessité de maintenir et de défendre la vie du sujet, nécessité liée en quelque sorte accidentellement à la libido érotique. Le rival, objet de haine, a hérité de la haine qui visait le père dans la situation œdipienne; c’est pourquoi la jalousie amoureuse est l’un des domaines privilégiés de la persécution.

Dans la mauvaise résolution de l’œdipe, la régression et la fixation au stade sadique-anal sont fatales, au moins dans toute civilisation qui éduque à coups de contraintes le petit enfant de deux ou trois ans – à l’âge où il découvre les plaisirs de l’activité libre (G. Mendel). Or, cette composante sadique et même tortionnaire de l’inconscient humain, décryptée par la psychanalyse, a été confirmée par l’expérimentation psychosociologique. S. Milgram a fait croire à 280 sujets choisis au hasard qu’ils collaboraient à une expérience de pédagogie tendant à préciser les effets des punitions. Les punitions laissées à la disposition des sujets étaient des chocs électriques douloureux puis dangereux, et à la limite mortels – du moins étaient-ils tenus pour tels; les prétendus élèves, des collaborateurs du psychologue, mimaient fort bien cris de douleurs, contorsions, supplications puis silence total. La quasi-totalité des sujets fit croître imperturbablement la quantité de courant; 60 p. 100 atteignirent les doses prétendument mortelles à condition d’entendre les réactions des victimes sans les voir et 40 p. 100 tout en les voyant; beaucoup diminuaient la dose quand ils se croyaient hors du champ de surveillance de l’expérimentateur, mais la rehaussaient quand ils le voyaient revenir, ce qui donne des informations précieuses concernant le pouvoir des autorités sur les sous-ordres.

Les conduites persécutives

Ayant ainsi trouvé quelques fondements et quelques motivations à l’impulsion qui incite un homme à en persécuter un autre, on peut situer à leur juste place certains phénomènes et d’abord ces comportements de la vie quotidienne que sont ceux des tyrans et bourreaux familiaux, les brimades subies par les apprentis (autrefois les mousses); l’attitude des époux jaloux ou simplement soucieux de marquer leur puissance sur leur conjoint; le rôle de bouc émissaire tenu par un écolier marginal, pour une raison quelconque, parmi ses camarades; la situation faite à l’ouvrier originaire d’un autre pays ou d’une autre classe sociale, et à l’infirme (surtout dans l’archéocivilisation, comme le montre le fabliau des Trois Aveugles de Compiègne ), etc. L’individu qui étonne, l’être insolite qui inquiète par le mystère de son passé ou l’originalité de sa conduite, doit tomber en défaveur pour entrer dans la norme. Dans la «fausse conscience» (Joseph Gabel), on ne sait plus prouver sa liberté ou son existence qu’en réifiant l’autre; mais, comme autrui réifié est un bien mauvais témoin, on entre dans un cercle vicieux qui s’éternise et met en jeu ce que Freud, en 1920, appela la «compulsion de répétition». La vie conjugale est souvent une illustration de ce sadisme moral, manière de se prouver qu’on est parfaitement maître de l’objet, qu’on peut «étalonner ses relations avec lui, se rapprocher ou s’éloigner, le faire un peu souffrir» (G. Mendel). Sartre a donné une analyse phénoménologique de ces conduites dans L’Être et le Néant : par ce jeu du chat et de la souris, «le moment du plaisir est pour le bourreau, dit-il, celui où la victime renie ou s’humilie [...] plus il s’acharne à traiter l’autre en instrument, plus cette liberté lui échappe».

On peut comprendre aussi la «haine chronique», dont parle J.-B. Descuret, la persécution d’une seule victime devenant la raison de vivre, la mono-idée d’un obsédé. La littérature s’est souvent emparée de ce thème, illustré notamment par Pavel Pavlovitch Troussotzky, l’«éternel mari» de Dostoïevski (1870). Plus extraordinaire que tous les romans est la vie de Charles-André Pozzo di Borgo (1768-1848), qui, contemporain, compatriote et ami d’enfance de Napoléon, consacra entièrement sa vie à mener contre l’Empereur une vendetta à l’échelle de l’ampleur des événements. Ce petit noble se fit agent secret des cours coalisées contre Napoléon, souffla aux maîtres du jour alliances et plans de campagne, réveilla les rancœurs dans les périodes de paix apparente; son inlassable activité fut couronnée en 1814, le jour où il rentra à Paris comme ambassadeur du tsar auprès du roi Louis XVIII. Ainsi, la chute de Napoléon était due dans une certaine mesure à celui qui, en 1792, s’était vu préférer Bonaparte pour le grade de lieutenant-colonel des milices corses. En 1884, un Pozzo di Borgo achetait les dernières ruines des Tuileries pour faire construire un château près d’Ajaccio. En marge de la grande histoire dont relève cet épisode, combien de haines tenaces et efficaces devine-t-on à l’ombre des bureaux, des entreprises, des couvents, des cercles politiques, et à tous les degrés de l’échelle sociale; combien de listes noires systématiquement niées circulent! Et l’on ne peut oublier les anonymographes, les persécuteurs par téléphone, les saboteurs de tous genres, les vandales et les pyromanes, ravis en secret de leurs méfaits ou tirant gloire de leurs forfaits, tel Érostrate.

Enfin, on s’explique par là les persécutions historiques qui se déroulent de peuple à peuple, de nation à ethnie, de religion dominante à religion minoritaire. Leur délimitation n’est pas nette; on en exclura les tortures que font subir les «primitifs» aux enfants ou adolescents dans les cérémonies d’initiation (mais non les brimades vis-à-vis des «bleus» dans l’institution militaire, par exemple), ainsi que l’abaissement des femmes dans la plupart des sociétés, ou encore le traitement réservé aux parias. Il s’agit là d’institutions cruelles ou injustes, non haineuses; la distinction est parfois subtile, ainsi pour les mauvais traitements infligés aux prisonniers, les persécutions dont ont été si souvent victimes les Juifs, les «sorciers», les hérétiques, les gitans, les Arméniens. Presque normales, et périodiquement renouvelées au Moyen Âge, vivaces à la Renaissance (400 «sorciers» brûlés à Toulouse en 1577, et après quelles tortures!), elles semblaient oubliées, du moins en Europe occidentale, quand le nazisme les ressuscita avec ampleur, employant tous les degrés du sadisme moral, du grand sadisme et du génocide. Cette expérience proche a permis d’observer les divers types de collaboration dont disposaient les chefs responsables de ces crimes; authentiques pervers dont les événements ont révélé les dispositions profondes mais aussi employés obéissants qui exécutèrent les consignes de ceux-là sans passion, parfois même avec une relative bienveillance, dans les limites permises par leur «service», ou encore individus semblables à certains participants de l’expérience de Milgram. L’impact de la seule autorité étant cependant trop faible pour imposer de telles conduites, les chefs nazis étayaient leur pouvoir d’une doctrine; «Le S.S. ne conçoit pas son adversaire comme un homme normal [...] le communiste, le Juif, le résistant sont les figurations actives du mal» (D. Rousset, in L’Univers concentrationnaire , cité par J. Maisonneuve). Les persécuteurs se présentent alors comme des victimes.

Gabel distingue, en matière de persécution collective, trois «types-idéaux»: «une persécution-compensation , destinée en principe à «compenser» la réussite intellectuelle ou commerciale supposée illégitime des minorités: persécution des Chinois en Indonésie et en Malaisie, des Israélites un peu partout, des Arméniens sous l’Empire ottoman; dans ce cas, la persécution prétend rétablir un équilibre et se donne une idéologie de couverture de type justicialiste; une persécution homogénéisante , qui tend à assurer l’homogénéité idéologique ou ethnique par conversion forcée ou élimination des minoritaires: huguenots, communistes ou supposés tels, fascistes ou supposés tels, par «identification illégitime»; et la persécution sacrificielle dont le seul type sub-contemporain fut l’extermination des gitans, Aryens particulièrement purs, par les nazis, et dont la raison était la sanction d’un échec illégitime». J. Gabel insiste sur cette tendance homogénéisante de la persécution, qui explique la vocation persécutrice des contextes totalitaires, qui est à rapprocher du misonéisme du fanatique (G. Iconomacos) et de l’hétérophobie (G. Bouthoul), et qui, en tant que réifiante et dédialectisante, est une forme de la «fausse conscience» qu’on retrouve aussi bien à l’origine des idéologies que dans la mentalité des psychotiques (identification, «manichéisme», perception unidimensionnelle, essentialisation arbitraire, antihistoricisme). Elle est manifestation de l’aliénation.

On en rapprochera encore la conscience utopique, dont K. Mannheim, R. Ruyer et J. Gabel ont montré le caractère idéologique et réifié, ce qui explique que les «utopies réalisées» aient été si souvent persécutrices, que ce fût en relative douceur («réductions» jésuites du Paraguay) ou que cela tournât au génocide (Cambodge polpotien).

Le persécuté

«Les mauvais traitements, écrit un psychanalyste, R. Diatkine, réalisés ou imaginés, désirés ou craints, portant sur le sujet lui-même ou sur ceux qui comptent pour lui, sur les individus dans leur totalité ou sur une partie privilégiée de leur corps, sont un thème constant dans le discours de nos patients, qu’il s’agisse de son contenu manifeste ou de son contenu latent.» En effet, l’humanité vit dans la peur (bien plus que dans l’angoisse), peur consciente avec toutes ses nuances de prudence, de méfiance, de précaution, peur inconsciente, magistralement étudiée par Nacht comme étant au départ des névroses. C’est pourquoi le mauvais traitement est si facilement imaginé, même s’il n’a pas lieu.

Du persécuté réel il y a peu à dire, sinon que souvent le mauvais traitement qu’il subit et les allures de maître que se donne celui qui les lui inflige le fascinent. Sans aborder ici le problème du masochisme, complice du sadisme, il importe de dire quelques mots de la victimologie, science fondée par F. Wertham en 1948, et développée, entre autres, par H. Ellenberger, qui décrit sous l’expression de «syndrome d’Abel» le comportement de sujets plutôt favorisés par la vie, manquant d’auto-affirmation, éprouvant de vagues sentiments de culpabilité, du fait de la jalousie qu’ils inspirent, et peu capables de se défendre. N. Dracoulidès, de son côté, a décrit sous le nom de victimisation un exhibitionnisme masochiste qui vise à attendrir autrui, mais en prenant le risque du résultat inverse, et par lequel, en réclamant l’approbation du groupe sur sa triste situation, le sujet peut devenir dangereux pour ceux qui ne jouent pas son jeu, bel exemple de persécuté-persécuteur.

Le persécuté imaginaire se rencontre fréquemment. La persécution est «le thème dramatique fondamental des délires chroniques systématisés [...] il confère à la psychose paranoïaque son sens profond de drame existentiel. Ce drame est l’expression thématique d’un conflit dont les deux termes du binôme fondamental sont le couple agressivité-culpabilité. La psychose persécutive et persécutrice est comme un équilibre phantasmatique de ces deux forces» (H. Ey). Dans ce type de délire propre à la paranoïa le mécanisme essentiel est l’interprétation, grâce à quoi le malade peut voir une hostilité contre lui là où il n’y en a pas. Cette structure est si répandue qu’elle déborde la paranoïa proprement dite et peut se rencontrer, sous une forme plus floue, dans d’autres délires chroniques (comme la psychose hallucinatoire chronique) et dans des cas de schizophrénie stricto sensu (c’est-à-dire au sens des cliniciens français), tel celui qui est très bien décrit à travers le personnage d’Ivan Dmitri Gromov dans La Salle no 6 (1892), nouvelle de Tchekhov.

À la limite de la normalité se situe, dans la vie quotidienne, un type d’homme au jugement faux, égocentrique, introverti, méfiant et soupçonnant partout des pièges, orgueilleux et timide à la fois, facilement vindicatif et quérulant, bien décrit par Dide et déjà décelé par F. Paulhan dans sa description de l’«esprit faux». Ces «petits paranoïaques» sont actuellement classés parmi les « caractériels » et correspondent en partie au caractère anal repéré par la psychanalyse, ce qui les apparente aussi aux obsessionnels.

Dans l’économie freudienne, l’explication de ces mentalités est assez univoque; il s’agit d’homosexuels qui s’ignorent ou plus exactement qui se sentent faussement accusés de leur anomalie par autrui; ou encore c’est l’objet aimé qui refuse l’amour et le renvoie sous forme de haine. Si enfin l’objet aimé homosexuellement se trouve être le rival dans une liaison hétérosexuelle, il en sera doublement haï; tel est le fondement de la jalousie amoureuse, dont le véritable objet n’est pas le conjoint mais le rival, et qui repose sur une identification inconsciente au conjoint dans l’attitude qu’on lui attribue envers le rival.

Se croyant ainsi persécutés, le caractériel ou le psychotique ripostent. De faux persécuté, le sujet se transforme en authentique persécuteur. Le petit paranoïaque a un caractère «impossible» et le psychotique peut être très dangereux, mettant une intelligence souvent vive, encore aiguisée par la passion, au service du thème délirant qui est le seul point sur lequel elle soit faussée; ses crimes sont cruels et parfaits. Ceux des sadiques sont abominables et frustes; mais ils peuvent prendre une ampleur extraordinaire quand le malade est en position de puissance, tels Gilles de Rais, la comtesse Báthory ou Himmler.

La persécution imaginée existe aussi à l’échelle collective. Fanatiques, idéologues et pêcheurs en eau trouble ont toutes les dispositions voulues pour déclencher cette tendance de l’homme à se croire brimé et pour persuader un peuple, une classe sociale, une classe d’âge, qu’ils sont injustement défavorisés.

Il resterait à analyser le thème de la persécution de l’homme par lui-même, à travers les processus du masochisme, de l’automutilation, de l’ascétisme et de la névrose d’échec. Là encore, comme dans les comportements ou expériences qu’on a rencontrés, on ne peut que déplorer que l’intelligence humaine soit si facilement ancilla passionis , ce dont se lamentèrent de tout temps les idéalistes.

persécution [ pɛrsekysjɔ̃ ] n. f.
• 1155; lat. ecclés. persecutio, appliqué aux chrétiens
1Traitement injuste et cruel infligé avec acharnement. Les persécutions des premiers chrétiens ( martyr) . Persécutions subies par les Juifs.
(1680) Mauvais traitement dont on est la victime. maltraitance. Être en butte aux persécutions de qqn.
2Loc. (1852) Manie, folie de persécution (vx), délire de persécution : délire systématisé d'une personne qui se croit persécutée. « Rousseau se crut visé, prit feu et flamme, alluma là son délire de la persécution » (Thibaudet).
⊗ CONTR. Protection.

persécution nom féminin (bas latin persecutio, -onis) Action de persécuter ; mesures violentes et arbitraires prises à l'égard d'une communauté ethnique ou religieuse. Action de harceler, d'importuner : Essayer de se soustraire aux persécutions de ses collègues.persécution (citations) nom féminin (bas latin persecutio, -onis) Ambrose Gwinnet Bierce Meigs County, Ohio, 1842-Mexico 1914 Rien n'est plus logique que la persécution. La tolérance religieuse est une sorte de manque de foi. Nothing is more logical than persecution. Religious tolerance is a kind of infidelity. Collected Works, VIII John Stuart Mill Pentonville, Londres, 1806-Avignon 1873 Le dicton, d'après lequel la vérité triomphe toujours de la persécution, est un des plaisants mensonges que les hommes répètent l'un après l'autre jusqu'à ce qu'ils passent en lieux communs, mais que toute expérience réfute. The dictum that truth always triumphs over persecution is one of those pleasant falsehoods which men repeat after one another, till they pass into commonplaces, but which all experiences refute. Sur la liberté, 2 persécution (expressions) nom féminin (bas latin persecutio, -onis) Idée de persécution, idée délirante dans laquelle le malade a la conviction que l'on essaie de lui nuire (états démentiels, délires paranoïdes et psychoses hallucinatoires chroniques). Délire de persécution, ensemble structuré d'idées de persécution, qui se constitue chez une personnalité paranoïaque.

persécution
n. f.
d1./d Action de persécuter.
|| Tourment physique ou moral infligé avec opiniâtreté. Les persécutions subies par les premiers chrétiens.
d2./d Par ext. Vexation, méchanceté que l'on fait subir à qqn.
d3./d PSYCHO Délire de persécution: délire d'interprétation d'une personne qui croit être l'objet de malveillances systématiques.

⇒PERSÉCUTION, subst. fém.
A. —1. Action de tourmenter quelqu'un par des traitements injustes et cruels. On ne pouvait essayer de se venger sans être sûr d'être rossé. Ces petites persécutions physiques étaient encore la moindre chose (MICHELET, Mémor., 1822, p.203). Toute calomnie est une persécution, toute injure est un attentat contre lesquels les lois de tout pays doivent une protection impartiale à chacun et à tous (SAND, Hist. vie, t.3, 1855, p.330):
1. Au martyre physique s'ajoutait la sourde persécution de ses camarades. Après deux mois de patience et de douceur, elle ne les avait pas encore désarmées. C'étaient des mots blessants, des inventions cruelles...
ZOLA, Bonh. dames, 1883, p.504.
En partic. Mesures injustes et cruelles à l'encontre de quelqu'un pour des motifs idéologiques, raciaux, politiques ou religieux. Le père Archange (...) après avoir fui de bonne heure son pays pour cause de persécution religieuse, s'était venu faire capucin en France (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t.1, 1840, p.188):
2. ... les conclusions des récentes recherches de Hahn auxquelles elle n'avait pas pu prendre part, ayant dû, en raison des persécutions raciales, se réfugier en Suède au printemps de 1938.
GOLDSCHMIDT, Avent. atom., 1962, p.23.
2. PSYCHIATRIE, vieilli. Délire de persécution; folie, manie de la persécution. ,,Forme de délire (...) dans lequel le sujet se croit attaqué dans son bonheur, ses intérêts, sa santé et même son existence, soit par des personnages réels, soit par des forces imaginaires`` (PIÉRON 1973). Tu as l'air drôlement fatigué ces temps-ci. Tu donnes un dîner, et tu oublies d'inviter les gens, tu oublies de préparer le repas. Maintenant te voilà en train de construire un délire de persécution (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p.414). V. aussi paranoïa, ex. de Freud.
B.P. exagér. Action d'importuner quelqu'un avec insistance. Je suis en butte à une vraie persécution de la part d'un banquier de Barcelone, nommé Daniel Grant (GONCOURT, Journal, 1895, p.852).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694 et 1718: -se-; dep. 1740: -sé-. Étymol. et Hist.1. 1130-40 «poursuite injuste et violente (pour cause religieuse)» (WACE, Vie de Sainte Marguerite, éd. E. A. Francis, 68); 2. 1306 «danger, calamité» (JOINVILLE, éd. N. L. Corbett, 322, p.149); 3. 1688 «importunité continuelle» (RICH. t.2); 4. 1852, févr. delire de persécutions (E. C. LASÈGUE ds Arch. gén. de méd., pp.129-150). Empr. au lat. chrét. persecutio «persécution contre les chrétiens», dér. de persequor (v. persécuteur). Fréq. abs. littér.:866. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 2038, b) 1428; XXes.: a) 925, b) 621.

persécution [pɛʀsekysjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1155; lat. ecclés. persecutio, appliqué aux chrétiens, du supin de persequi « poursuivre ».
1 Traitement injuste et cruel infligé avec acharnement. || La persécution de la victime par le bourreau. || Une, des persécutions. Martyr. || Le zèle du salut des hommes n'est point la cause des persécutions (→ Meurtrier, cit. 11). || Les persécutions, don de Dieu (→ Centuple, cit. 2). || Persécutions subies par les Juifs (cit. 4). || Cruelles, sanglantes persécutions (→ Exiler, cit. 1).(1680). Mauvais traitement dont on est la victime. || Être en butte à la persécution d'un homme odieux (→ Esclavage, cit. 9). || Attirer (cit. 32) la persécution et la haine. || La fureur de la persécution (→ Haro, cit. 2). || Les persécutions de la tyrannie. || Asile contre la persécution.
1 Il y a plaisir d'être dans un vaisseau battu de l'orage, lorsqu'on est assuré qu'il ne périra point : les persécutions qui travaillent l'Église sont de cette nature.
Pascal, Pensées, XIV, 859.
2 Le génie étant vérité et étant liberté, a le droit à la persécution.
Hugo, Shakespeare, III, I.
3 (…) Zichy a résumé d'une manière aussi pittoresque que profonde la double persécution politique et religieuse qui, sous prétexte de venger la mort d'un Dieu, s'acharnait contre le malheureux peuple d'Israël.
Th. Gautier, Voyage en Russie, XIV.
4 (…) outre la souffrance qui lui est infligée, la persécution l'atteint dans sa personne morale; presque toujours la persécution fausse l'esprit et rétrécit le cœur.
Renan, Souvenirs d'enfance…, IV, I, Œ. compl., t. II, p. 822.
5 L'Assemblée a traité les nobles comme Louis XIV a traité les protestants. Dans les deux cas, les opprimés étaient une élite. Dans les deux cas, on leur a rendu la France inhabitable. Dans les deux cas, on les a réduits à l'exil et on les a punis de s'exiler. Dans les deux cas, on a fini par confisquer leurs biens, et par punir de mort tous ceux qui leur donnaient asile. Dans les deux cas, à force de persécutions, on les a précipités dans la révolte.
Taine, les Origines de la France contemporaine, t. III, p. 250.
2 Loc. (1852, Lasègue). Psychopath. Manie, folie de la persécution (vx), délire de persécution : délire systématisé de celui qui se croit persécuté, soit par hallucination, soit par fausse interprétation de faits réels. || Idées de persécution : idées délirantes du même ordre mais non systématisées, qui se forment dans des circonstances pathologiques diverses.(Dans le langage courant). Se dit de l'attitude d'une personne (d'un groupe) qui se pose constamment en victime sans raisons suffisantes (→ Atteindre, cit. 18; histoire, cit. 24; juger, cit. 21).
6 (…) Rousseau se crut visé, prit feu et flamme, alluma là son délire de la persécution.
A. Thibaudet, Gustave Flaubert, p. 67.
3 Rare. Importunité continuelle. || Les persécutions qu'on me faisait pour passer la nuit au château (→ Instance, cit. 3).
CONTR. Protection.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Persecution — is the systematic mistreatment of an individual/group by another group. The most common forms are religious persecution, ethnic persecution, and political persecution, though there is naturally some overlap between these terms. International… …   Wikipedia

  • Persecution — • The unlawful coercion of another s liberty or his unlawful punishment Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Persecution     Persecution      …   Catholic encyclopedia

  • persecution — Persecution. s. f. v. Vexation, poursuite injuste & violente. L Evangile dit, Heureux sont ceux qui souffrent persecution pour la justice. toutes les persecutions qu on a faites aux Chrestiens n ont servi qu à augmenter la Religion Chrestienne.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • persecution — mid 14c., oppression for the holding of a belief or opinion, from O.Fr. persecution (12c.), from L. persecutionem (nom. persecutio), noun of action from persequi pursue, start a legal action, from per through + sequi follow (see SEQUEL (Cf.… …   Etymology dictionary

  • persecution — per·se·cu·tion n: punishment or harassment usu. of a severe nature on the basis of race, religion, or political opinion in one s country of origin claimed persecution and sought asylum Merriam Webster’s Dictionary of Law. Merriam Webster. 1996 …   Law dictionary

  • Persecution — Per se*cu tion, n. [F. pers[ e]cution, L. persecutio.] 1. The act or practice of persecuting; especially, the infliction of loss, pain, or death for adherence to a particular creed or mode of worship. [1913 Webster] Persecution produces no… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Persecution — Persecution, lat. deutsch, Verfolgung …   Herders Conversations-Lexikon

  • persecution — Persecution, Vexatio, Afflictio …   Thresor de la langue françoyse

  • persecution — [pʉr΄sə kyo͞o′shən] n. [ME persecucion < OFr < L persecutio] a persecuting or being persecuted …   English World dictionary

  • Persécution — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Une persécution est un type d oppression consistant à appliquer à une personne ou un groupe de personnes des mesures ou des traitements injustes, violents …   Wikipédia en Français